Mes

compétences

Dans mon activité psychothérapeutique les méthodes  suivantes sont appliquées. Je m’oriente sur les dernières découvertes scientifiques de la recherche en psychothérapie. 

Psychoéducation

La psychoéducation est une intervention didactique et psychothérapeutique qui vise à informer le client sur le trouble mental et affective dont il soufre et à promouvoir sa capacité pour y faire face. Le but n’est pas seulement de transmettre d’information au client, mais c’est aussi de clarifier et de comprendre l’origine du problématique, les facteurs déclencheurs et les mécanismes qui la maintiennent.

Après le diagnostic et avant le démarrage de la thérapie, il m’est essentiel de réserver un moment (une séance si besoin) pour expliquer au client ce qu’il a. J’essaie d’adapter et d’individualiser mon langage au type de client pour qu’il comprenne. Pour les Clients qui connaissent des déficits cognitifs et chez les enfants hyperactifs par exemple, je m’adresse plutôt aux parents ou à la famille.

Comprendre les processus et les mécanismes aide le client à avoir une compréhension approfondie de sa problématique et à ​​élargir ses stratégies d’adaptation. Les souffrances et douleurs vécues prennent ainsi du sens, cela rassure le client, mes demandes en tant que thérapeute paraissent ainsi fondées, il devient « expert » dans le domaine et a de bonnes chances pour être autonome afin de pouvoir gérer seul sa problématique à long terme.

Les méthodes de relaxations

Les techniques de relaxation sont parmi les méthodes de psychothérapie les plus courantes et sont utilisées pour réduire la tension physique ou psychologique, en particulier dans les troubles de l’anxiété, la dépression, la douleur, les troubles du sommeil, des maux de tête.

En outre, les méthodes jouent également un rôle important après la thérapie pour les soins de santé et la prévention des rechutes. Par exemple, l’apprentissage et la pratique de la relaxation musculaire progressive de Jacobson réduisent la tension et l’agitation causées par le stress quotidien à un niveau aussi bas que possible.

Dans ma pratique psychothérapeutique, j’utilise des méthodes classiques, telles que la relaxation musculaire progressive selon Jacobson, l’entraînement autogène, les techniques de respiration et l’hypnose moderne. Des exercices de pleine conscience et des procédures imaginatives (basées sur l’imagination pure) relaxantes sont également utilisés.

Selon le problème et l’objectif de la thérapie, le client apprend les pratiques de relaxation appropriées comme un outil de gestion actif pour faire face au stress, à la tension et à l’excitation dans la vie quotidienne.

thérapie comportementale

La thérapie comportementale est une forme de traitement scientifiquement fondée et très efficace qui est particulièrement utilisée dans le traitement de l’anxiété, des phobies, de la dépression et des dépendances.

Les théories de la thérapie comportementale supposent que les problèmes émotionnels ou les comportements perturbateurs sont dus à des déficits d’apprentissage. Cela signifie que certains schémas de pensée et de comportement importants n’ont pas été appris pour maîtriser le quotidien.

Mais il se peut aussi que les schémas appris pour résoudre les problèmes quotidiens ne soient pas assez efficaces et / ou socialement et psychologiquement défavorables et malsains. C’est là que le travail des thérapeutes comportementaux commence. Ils essaient d’utiliser différentes méthodes pour accumuler des compétences manquantes et pour découvrir et modifier des modèles d’adaptation défavorables. Ici, la confrontation de stimulus est l’une des méthodes thérapeutiques comportementales communes.

Une coopération active du client sous la forme de «devoirs» entre les séances est une condition préalable essentielle au succès thérapeutique. Fondamentalement, “l’aide pour l’auto-assistance” est l’objet du traitement.

La thérapie cognitive et comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale est une méthode particulièrement efficace de la thérapie comportementale dont l’efficacité a été prouvée scientifiquement. Le modèle KVT suppose que des conditions pénibles telles que la dépression, l’anxiété, la dépendance, etc., sont entretenues et aggravées par des schémas de pensée pathologiques et déformés.

A partir de la base de la thérapie comportementale, de nouvelles méthodes et techniques de traitement, les procédures dites cognitives, ont été développées pour faire face à la multitude de troubles mentaux ainsi que leurs caractéristiques individuelles. Selon la nature du problème, des méthodes de traitement appropriées sont utilisées.

Tous les processus cognitifs sont basés sur l’hypothèse que les pensées, les sentiments et les réactions comportementales interagissent et s’influencent mutuellement. Par conséquent, ce n’est pas la situation qui est déterminante, mais la manière dont nous pensons et comment nous nous sentons et nous comportons. Cela fonctionne également dans l’autre sens :  nos sentiments et notre comportement influencent aussi la pensée.

Au centre de la thérapie se trouvent la perception, la supervision et le changement des pensées, des croyances et des attitudes dites dysfonctionnelles ainsi que les sentiments et les réactions comportementaux qui en résultent. L’objectif thérapeutique est d’aider le client à découvrir, réviser et remplacer les schémas de pensée déformés ou dysfonctionnels.

En tant que thérapeute orienté cognitivement, je vous aide à transformer  des pensées et prises de conscience à l’aide d’expériences comportementales en actes.

La Thérapie d'acceptation et d'engagement (ACT)

L’acceptation et l’engagement thérapeutique (ACT) est l’une des approches thérapeutiques les plus récentes en thérapie comportementale. Selon cette théorie, la souffrance psychologique découle d’un manque de volonté (inconscient) d’éprouver des pensées désagréables, des sentiments indésirables et des états physiques douloureux.

Notre compréhension de la maladie et de la santé contribue à notre manque de volonté d’accepter des processus internes désagréables. Nous définissons la santé et la stabilité émotionnelle par l’absence de réactions internes angoissantes et indésirables. Des sentiments et des pensées désagréables sont vécus comme toxiques et dangereuses. Par conséquent, nous essayons constamment de les guider et de les contrôler, dans le but de les éliminer le plus rapidement possible.

Cependant, l’expérience montre qu’essayer de contrôler les processus internes ne fonctionne généralement pas. Au contraire, le contrôle intensifie même la souffrance et la douleur et conduit à long terme à des plaintes mentales et psychosomatiques.

Lorsque nous nous sentons en sécurité, ou lorsque notre environnement est sûr, nous avons inconsciemment tendance à trouver le présent ennuyeux et inintéressant. Nous sommes inattentifs, préoccupés en permanence de nos pensées sur le passé et le futur, mais pas présents dans le présent. Nous manquons l’opportunité de façonner activement le présent dans l’ici et maintenant.

Dans l’ACT, le client utilise des exercices de conscience et de méditation pour entraîner la conscience. Il s’entraîne pour être dans l’ici et maintenant. Il essaie de percevoir et d’expérimenter ses pensées, ses sentiments, ses sensations corporelles et ses impulsions d’action sans essayer de les changer ou de les influencer.

Le but de l’ACT est d’aider le client à accepter activement les événements fatidiques et les situations immuables et, de plus, à travailler sur l’acceptation que les sentiments douloureux et désagréables font partie de la vie humaine.

Vous connaissez sûrement la prière, “Dieu, donnez-moi la sérénité pour accepter des choses que je ne peux pas changer, le courage de changer les choses que je peux changer, et la sagesse de distinguer l’un de l’autre”.

La psychothérapie centrée sur la personne

« C’est la relation qui guérit » (C. R. Rogers)

La psychothérapie centrée sur la personne est une approche de la psychologie humaniste-existentielle également dénommé psychothérapie de conversation. Elle repose sur la conviction que l’homme est par essence un organisme digne de confiance et que le fond de la nature humaine est essentiellement positif. L’hypothèse fondamentale repose sur le fait que chaque individu a en lui de vastes ressources qui lui permettent de se comprendre lui-même et de trouver des solutions appropriées à ses difficultés.

L’une des tâches les plus importantes du thérapeute consiste à établir une relation de confiance avec le client qui est caractérisée par l’empathie, la compréhension, l’authenticité et la considération positive inconditionnelle.

Au sein de cette relation rassurante, le thérapeute doit accorder une attention particulière aux principes suivants : Il doit éviter à se positionner comme expert, être attentivement à l’écoute, essayer de comprendre le monde intérieur du client, éviter d’être directive et de donner des recommandations, éviter de mettre les problèmes au centre des discussions et se concentré surtout sur les sentiments, les aspirations, les valeurs et les objectifs du client.

Dans un climat rassurant et confiant, et en l’absence de toute menace contre son moi, le client peut progressivement explorer son expérience exactement comme elle se présente, accéder à ces ressources personnelles qui seront dispensable à la résolution de ces difficultés.

La Thérapie des traumatismes

La thérapie des traumatismes peut vous aider à faire face à vos expériences traumatiques, à mieux gérer votre vie quotidienne et à surmonter les sentiments de peur, d’impuissance et de deuil. La psychothérapie ne vous fera pas oublier ce qui vous est arrivé. Elle vise plutôt a vous aider a mieux  vivre avec ce qui vous est arrivé.

La thérapie de traumatologie est une approche spécifique qui vise à traiter les conséquences psychologiques et émotionnelles des traumatismes subis. La procédure thérapeutique dépend du type et de la gravité du traumatisme vécu. Les personnes traumatisées sont fréquemment soumises à un stress mental et émotionnel considérable, il revivent souvent la situation en temps réel avec une anxiété et une impuissance intenses et réagissent parfois avec des symptômes physiques tels que des palpitations, un essoufflement, des nausées, etc.

Vivre les événements suivants peuvent entraîner un traumatisme:

  • Négligence extrême, Violence physique, violence sexuel
  • Guerre, captivité, torture
  • Catastrophes naturelles (inondation, tremblement de terre, incendie, etc.)
  • Accident
  • Diagnostics de maladie grave
  • Vol, prise d’otage par cambriolage

La thérapie implique donc, d’une part, une maîtrise approfondie du traumatisme vécu du client et, d’autre part, une action aussi prudente et délicate que possible. Le traitement consiste à revivre les expériences traumatiques et leur traitement. Environ trois phases thérapeutiques sont distinguées, qui se renforcent et se complètent: stabilisation, confrontation et intégration

Stabilisation: Dans un premier temps il est important que le client apprenne diffèrent exercices de stabilisation et de relaxation et qu’il soit  apte a les pratiquer  avant l exploration du traumatisme vécu. Le client doit être capable de gérer et de se distancer des sentiments, des images et des tensions qui s émergents lors de l’exploration de son traumatisme. Il est également indispensable que le client quitte la session de thérapie dans un état stabilisant. La plupart des clients font déjà de très bons progrès dans le traitement de leurs traumatismes à ce stade.

Exposition oder confrontation : Lorsque le client a atteint une certaine stabilité et se sent prêt à affronter son traumatisme vécu, l’exposition serait soigneusement planifier et effectuée dans un environnement protégé sous la supervision du thérapeute. La confrontation avec le traumatisme vécu est généralement imaginaire, mais peut également se faire en fonction du type et de la gravité en vivo “réalité”. La confrontation est effectuée jusqu’à ce que le client ait complètement ou partiellement surmonté ses symptômes traumatiques. L’exposition aux traumatismes poursuit également l’objectif de faire tout un travail dans l’intégration  des souvenirs, des images, des odeurs et des croyances comme un événement unique vécu.

Intégration: Très souvent dans cette phase de thérapie, le client maitrise déjà des stratégies d’adaptations et arrive bien a gérer son traumatisme.  IL travaille sur le développement d’acceptation, essai de faire la paix et se concilier  avec ces expériences traumatiques. L’objective à long terme est d’intégrer ces traumatismes vécus dans son histoire de vie personnelle.

Psychothérapie positive et interculturelle

Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam consetetur sadipscing elitr, sed diam consetetur sadipscing elitr, sed diam 

Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam consetetur sadipscing elitr, sed diam consetetur sadipscing elitr, sed diam Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam consetetur sadipscing elitr, sed diam consetetur sadipscing elitr, sed diam Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam consetetur sadipscing elitr, sed diam consetetur sadipscing elitr, sed diam 

Thérapie axée sur les émotions

L’EFT fait partie des méthodes de thérapie de couple les plus étudiées et efficaces. Elle a le but d’aider des couples qui se trouvent dans une relation conflictuelle et pénible vers une relation stable et affectueuse. La procédure thérapeutique est structurée, elle se compose de trois phases qui se complètent et se succèdent.

Désescalade des cycles d’interaction négatifs

Dans cette phase, le thérapeute crée et assure un environnement sécurisé et détendu qui permet au couple de s’ouvrir de manière confiante.

Ici, chaque partenaire fait l’expérience qu’il est ok dans sa perception, sa sensation et ses réactions comportementales : Je suis bien comme je suis !

Les cycles d’interaction négatifs d’attaque/de défense et de retrait représentent en réalité le véritable problème qui empoisonne la vie du couple. Ceux-ci seront au fur et à mesure identifiés et modifiés, l’interaction négative du couple change et devient de plus en plus positive.   

 

Renforcement du lien émotionnel et changement des positions d’interaction 

Idéalement, les deux partenaires ont déjà déposé leur bouclier de protection dans cette phase. Chacun se sent alors entendu, en sécurité et prêt à se montrer vulnérable par rapport à l’autre. Les besoins de liaison, proximité, sécurité, acceptabilité, compréhension, appréciation etc., cachés par les partenaires jusqu’à présent, vont être identifiés, activés et acceptés pas à pas. Ainsi l’interaction négative du couple change et devient progressivement plus positive et détendue. 

 

Consolidation et intégration

Dans cette phase, l’interaction du couple est plutôt positive et détendue. Le couple s’est normalisé et chacun d’eux se sent plus en confiance et en sécurité. 

Ici on va élaborer de nouvelles stratégies constructives en ce qui concerne le traitement de problèmes rencontrés dans différents espaces de la vie. On va expérimenter avec de nouvelles stratégies qui se basent sur des anciens problèmes. La nouvelle « danse » de la relation est élargie, renforcée et stabilisée. 

La Thérapie MetaCognitive (MTC)

La thérapie métacognitive est l’une des méthodes les plus efficaces dans le traitement de la dépression chronique, des troubles anxieux et du trouble obsessionnel-compulsif.

La thérapie métacognitive est une forme de thérapie cognitive. Plutôt que de mettre l’accent sur le contenu des pensées comme la thérapie cognitive classique, elle est centrée sur les réactions à ces pensées. Le terme métacognition réfère aux cognitions (pensées) sur les cognitions. Une pensée est une pensée et elle ne reflète pas nécessairement la réalité et doit être traité comme une pensée.

Selon la thérapie métacognitive les ruminations répétitives et persistantes sont très souvent à l’origine des troubles affectifs comme la dépression. Les gens en dépression ruminent souvent trop sur les erreurs et les échecs passés ou sur d’autres sujets négatifs.

Exemple, comment les métacognitions peuvent mener à un trouble affectif

  • Une pensée ou une conviction comme « les autres ne s’intéressent pas à moi »
  • Mène à l’évaluation et la croyance que « personne ne m’aime », « je suis un nulle », etc.
  • Le sujet commence à ruminer et à se faire de soucis sans cesse
  • Ces ruminations et ces soucis deviennent plus en plus répétitives et persistantes
  • Sentiment d’être submergé et envahi par ces ruminations et peur de ne pas pouvoir les gérer et les stopper
  • Le sujet se sent de plus en plus triste, désespéré et surmener par ces ruminations et commence à s’isoler socialement
  • Conséquence : Dépression

 pleine conscienceLa thérapie métacognitive est centrée sur les processus de pensée et vise à aider le sujet à réduire et contrôler ces ruminations. En prenant davantage conscience de ce qui se passe quand ils commencent à ruminer, les patients apprennent à prendre le contrôle de leurs pensées. La thérapie suggère de rencontrer les pensées avec une « détachée » en ayant à l’esprit qu’une pensée est une pensée et qu’elle ne reflète pas nécessairement la réalité avec justesse.

La Schéma-thérapie ou la thérapie de schèmes

La thérapie des schémas est l’une des méthodes les plus efficaces dans le traitement des troubles de la personnalité, de la dépression et de l’anxiété chronique mais aussi de la toxicomanie. Cette méthode place l’émotion au cœur de l’évaluation psychopathologique et du processus de changement.

Elle suppose que, dans l’enfance et l’adolescence, les schémas précoces inadaptés sont acquis à la suite d’expériences nocives répétées, régulièrement causées par les personnes de référence. Ces schémas inadaptés sont des blessures et des frustrations profondément enracinées qui sont responsables de la mise en place de stratégies d’adaptation dysfonctionnelles et destructives qui entraînent un style comportemental et relationnel particulier, spécifique à la personne. Sous l’effet d’événements de la vie, ces schémas sont activés et provoquent de fortes émotions négatives comme la honte, la tristesse, la colère ou la peur.

 

Les stratégies d’adaptation élaborées pour faire face à des situations problématiques remplissaient une fonction importante de protection contre les dangers et les blessures dans l’enfance et dans l’adolescence. Cependant, à l’âge adulte, ils constituent un obstacle pour mener une vie heureuse.

Ainsi, le thérapeute aide le client à identifier ses schémas, à comprendre les origines et à les mettre en relation avec ses problèmes. Un plan de changement est ensuite établi, utilisant des ingrédients comme la visualisation et l’imagerie, la restructuration cognitive, la technique de la chaise vide, les jeux de rôle, etc.